Menu
Module
Crédits ECTS
1
crédit

Initiation à la doctrine sociale de l’Eglise

On pourrait aisément croire, pour éviter le danger d’une théocratie, que l’enseignement de l’Évangile n’a aucune dimension sociale ou politique : Mon Royaume n’est pas de ce monde, dit Jésus à Pilate, il n’a dès lors rien à voir avec les royaumes temporels, livrés au bon plaisir des hommes. Mais n’est-ce pas dès lors les livrer tout aussi bien à l’inspiration du Prince de ce monde, et accepter que la religion n’est qu’une affaire de conviction individuelle et privée.

Le Royaume qui n’est pas de ce monde ne s’en manifeste pas moins dans ce monde. S’il convient de distinguer le spirituel et le temporel, il convient aussi, à travers la réalité de notre chair, de les articuler. C’est ainsi que la Bible contient en creux une « doctrine sociale », que le magistère de l’Église s’est évertuer à dégager. Fondée sur la dignité de la personne humaine et par conséquent sur le principe de subsidiarité, cette doctrine, qui renvoie dos à dos le capitalisme et le socialisme, et qui s’oppose aussi bien à l’idéologie qu’à la technocratie, renouvelle notre vision de l’économie, de la justice, de l’État, et ouvre des perspectives qui répondent à la crise écologique sans précédent devant laquelle les vieux partis et les vieilles institutions défaillent. Les distributistes anglais (Chesterton, Belloc…) s’en étaient bien rendu compte à l’orée du XXe siècle. Il se peut qu’elle soit encore plus décisive au XXIe.

 

Vincent Aubin est un spécialiste de la pensée de Thomas d’Aquin (dont il a traduit le troisième livre de la Somme contre les Gentils chez Garnier-Flammarion), mais aussi de la philosophie analytique. Il a publié de nombreux articles et donnent de nombreuses conférences notamment sur le sens du travail, les théories du genre et la notion de bien commun.

Quand ?

Jeudi 21 et vendredi 22 novembre 2019

Où ?

Institut Philanthropos