Menu
Nombre d'heures
28
heures
Crédits ECTS
2
crédits

Rhétorique

Jean-Paul Fragnière
Jean-Paul Fragnière
Professeur au Collège Saint-Michel, Fribourg

La rhétorique, que l’on peut définir généralement comme l’art d’obtenir l’adhésion d’un interlocuteur ou d’un auditoire, trouve sa légitimité dans la nature de l’homme : « S’il est honteux de ne se pouvoir défendre avec son corps, il serait absurde qu’il n’y eût point de honte à ne le pouvoir faire par la parole, dont l’usage est plus propre à l’homme que celui du corps. » (Aristote). Renoncer à la parole pour résoudre un différend ou convaincre un adversaire, c’est renoncer à l’humanité même de l’homme. Or il existe, toujours selon Aristote, trois registres de la persuasion : l’Ethos (la crédibilité de l’orateur), le Pathos (l’émotion du public) et le Logos (la logique du raisonnement). C’est ce dernier aspect de la rhétorique que notre cours visera d’abord à développer : l’art de l’argumentation.

L’argumentation s’adresse à soi-même, lorsque l’on cherche à diriger notre action à l’aide de raisons, et à autrui, lorsque l’on veut influer sur ses décisions. Comme le dit Perelman dans son Traité de l’argumentation, « nous montrerons que les mêmes techniques d’argumentation se retrouvent à tous les niveaux, à celui de la discussion autour d’une table familiale, comme à celui du débat dans un milieu très spécialisé » (Perelman).

L’art d’argumenter comme tout art n’est pas inné, c’est une activité rationnelle qui présuppose un apprentissage. L’argumentation sur une question pratique (c’est-à-dire toute argumentation qui cherche à diriger une prise de décision) exige la capacité de distinguer les différentes positions et les arguments qui s’y réfèrent, ainsi que l’aptitude à répondre aux réfutations, seraient-elles sophistiques.

La première partie du cours est théorique ; nous y étudierons les différents types de positions-arguments, ainsi que la contre-argumentation.

La deuxième partie du cours est consacrée à un exercice d’argumentation où chaque étudiant(e) présentera en public une question pratique, prendra une position qu’il justifiera à l’aide d’arguments, puis défendra sa position face aux réfutations formulées par trois camarades.

 

Bibliographie

ARISTOTE, Rhétorique, Tel Gallimard, 1991

  1. PERELMAN ET L. OLBRECHTS, Traité de l’argumentation, éd. de l’Université de Bruxelles, 1988.
  2. TOUSSAINT ET G. DUCASSE, Apprendre à argumenter, éd. Le griffon d’argile, 1996

MICHEL MEYER, Principia Rhetorica, Puf / Quadrige 2008

Quand ?

16h de théorie et 12h en groupe (jour et heure variable)

Où ?

Institut Philanthropos