Menu
décembre 2009

LA LETTRE DE PHILANTHROPOS – N°10 – Décembre 2009

LA LETTRE DE PHILANTHROPOS – N°10 – Décembre 2009

 

LA LETTRE DE PHILANTHROPOS

INSTITUT EUROPÉEN D’ETUDES ANTHROPOLOGIQUES
N°10 – Décembre 2009

 

SOMMAIRE

Edito : Philanthropos vit du don
Echos :
– La promo 6
– Impression de rentrée
– La visite du Cardinal Barbarin
– Conférence de l’Association Française des Amis de Philanthropos
– Les « Jeudis de Philanthropos »
– Nouveaux modules
– Nouveaux collaborateurs

 

EDITO : PHILANTHROPOS VIT DU DON

Dans son encyclique « La charité dans la vérité », Benoît XVI souligne le sens et le rôle du don. Non pas comme un additif ou un correctif destiné à « humaniser » la vie en société, mais comme une composante nécessaire à tout groupe social. Le don comme « expression de la fraternité ». Dès la conception même de Philanthropos, cette dimension est apparue comme indispensable, sous réserve, bien entendu, de ce qu’exigent la justice et la prudence. Les membres du corps enseignant ont bien voulu se laisser guider par l’esprit du don. Les personnes qui accompagnent de près les étudiantes et les étudiants dans la vie fraternelle et dans le cheminement spirituel en ont fait autant. Et il va de soi que les membres du Comité de direction et du Conseil de fondation s’engagent dans le même esprit. Et que dire des bienfaiteurs si généreux qui permettent tout simplement à l’Institut d’exister et de porter de si beaux fruits ! S’il exprime la fraternité, le don vécu au sein de la communauté qui réunit Philanthropos et ses amis est aussi un acte de charité, manifeste une foi agissante et fait vivre une belle espérance. Il témoigne de ce que peut être une « civilisation de l’Amour ». A chacune et à chacun, au terme de cette année, j’adresse des sentiments de profonde gratitude. Par la grâce du Seigneur, votre don porte un fruit qui demeure ! Nicolas Michel, Président de l’Institut Philanthropos

 

ECHOS

LE « CARNET » DE PHILANTHROPOS

L’été 2009 a vu les heureux mariages de plusieurs de nos anciens :
Louis Haugel (promo 2) et Heïdi Eckert-Clerc (promo 2), le 9 mai
Tancrède Arguillière (promo 1) et Bénédicte Ebener (promo 1), le 15 août
Marie-Lan (promo 4) et Didier, le 22 août

 

LA PROMO 6 : qui sont-ils ?

Le 7 septembre, l’Institut accueillait sa 6ème promotion, composée de 12 étudiants et 14 étudiantes à plein temps, soit 26 au total, auxquels se joignent quelques auditeurs libres. D’une moyenne d’âge de 22 ans, ils proviennent majoritairement de France (60%), mais aussi de Suisse, de Belgique, d’Autriche, du Québec, de la Côté d’Ivoire et même de la Chine qui nous a envoyé cette année une religieuse de la Congrégation du Saint Sacrement. Deux tiers d’entre eux ont déjà entrepris ou achevé des études supérieures et nous comptons cette année un diplômé de la prestigieuse université suisse de Saint Gall, un autre de la célèbre université Laval du Québec, un ancien élève de l’Ecole Polytechnique et une diplômée de l’ESSEC. Très rapidement, ils ont su convertir leurs différences en une remarquable unité de corps qui a frappé les professeurs.


IMPRESSIONS DE RENTRÉE : chronique des anciens planteurs de patates!

A peine trois mois que nous sommes ici et déjà nous avons expérimenté le miracle de Philanthropos ! Venus du Canada, de la Chine en passant par la Côte d’Ivoire, catholiques de toujours ou convertis de la dernière heure, charismatiques ou adeptes de la messe en latin : rien ne nous prédestinait à nous rencontrer un jour. Et nous voilà pourtant 26 d’une nouvelle promotion, qui parlons la même langue, celle de l’Église universelle, dans toute la splendeur de la charité. Débarquant dans ce pays de Suisse où le lait coule à flot (sous les deux espèces du fromage et du chocolat), nous nous sommes immédiatement plongés dans l’aventure de la vie fraternelle et l’eau de vaisselle : tous les services, et la vie en communauté, constituant la partie pratique et expérimentale de notre formation anthropologique. Qui de nous en arrivant pensait pouvoir contenir dans son coeur 26 nouveaux amis, sans compter tous ceux qui gravitent autour de la célébrissime promo 6 ! Notoriété que nous devons plus à nos talents de sportifs et de comédiens, qu’à la virtuosité de notre chorale ! Il nous faut relever le défi de concilier au quotidien les exigences de cette vie fraternelle, spirituelle et intellectuelle : les trois piliers de Philanthropos, clés de la fécondité de cette année. Les cours dispensés à l’Université et à l’Institut, par leur densité et leur pertinence sont de la dynamite spirituelle à l’état pur !!! Peu à peu nous prenons conscience qu’il nous est donné de nous former dans la totalité de notre être, pour découvrir qui nous sommes et discerner le projet de Dieu sur nos vies. Cette formation dure une année mais nous y posons les fondations de toute notre existence. Loin de nous couper du monde dans un cocon privilégié, nous apprenons à nous ouvrir intelligemment à tous les défis de notre temps et de notre société. Nous ne sommes pas là pour condamner le monde mais pour le maintenir à la bonne température par toute la joie et l’espérance engrangées ici. Rien de tout cela ne serait possible sans la vie de prière, ciment de notre communion fraternelle : car ce n’est pas la jeunesse qui donne la foi mais la foi qui donne la jeunesse. Et, comme le dit joliment l’un de nos professeurs,  si nous ne sommes pas là pour chercher la vérité, alors autant retourner planter des patates, ce sera plus utile à l’humanité !

Odile, Pierre et Mélissa, promo 6

LA VISITE DU CARDINAL BARBARIN : La pourpre et les bleus

Au mois d’octobre et pour la première fois dans l’histoire de l’Institut, le cardinal Barbarin est venu visiter la petite Église des « philanthropotes », avec cette bienveillance et cette fermeté de saint Paul visitant les Églises de Corinthe ou d’Ephèse. Invité à célébrer la messe festive à la basilique de Fribourg, dans le cadre de l’adoration perpétuelle, il nous a également fait le privilège d’une messe dans l’intimité de notre chapelle et d’un entretien en salle de classe. Plus il nous enseignait, plus il s’animait et nous communiquait son enthousiasme : un élan missionnaire passait dans nos rangs lorsqu’il prêchait sur le rôle sacerdotal de l’Église, servante du monde par la vie offerte des croyants. Viendra-t-il à la rencontre des promos suivantes? Tenons-nous prêts car heureux sera-t-il de nous trouver en tenue de service, non repliés sur nous-mêmes mais veillant au chevet du monde ! Au cours de cette visite, chacun de nous aura été touché par la grande simplicité et la jeunesse d’esprit de cet homme, venu à nous comme un père à ses enfants. Au soir du premier jour, Mélissa, avec son naturel canadien, lui tapait presque dans le dos en lui parlant du cardinal Ouellet, et nous n’avons pas hésité un seul instant à l’inviter à se joindre à notre jogging matinal. Il aurait bien troqué la pourpre pour notre polo bleu et une paire de baskets, si ses obligations ne l’en avaient dissuadé. Puissent nos prières l’accompagner malgré tout dans la course de longue haleine qu’il doit soutenir pour le diocèse de Lyon et l’Église tout entière !

Ghislain, Sophie, Mélissa, Jean-Bruno et Odile, promo 6

 

Conférence de l’Association Française des Amis de Philanthropos

Le 30 novembre, l’Association Française des Amis, sur l’initiative de son Président, Monsieur André Lépine, organisait à Lyon une conférence du Professeur Yves Mayaud, professeur de droit à l’Université Panthéon-Assas Paris II sur le thème : « Le rôle destructeur du droit ». La grande salle du Cercle de l’Union s’est révélée rapidement trop petite pour accueillir un auditoire qui comptait plus de 150 personnes, parmi lesquelles de nombreux juristes mais aussi beaucoup de jeunes venus se renseigner sur l’Institut. La conférence a été suivie d’un débat au cours duquel on a noté un remarquable échange de vues entre le Professeur Mayaud, le Cardinal Barbarin et le Père Nicolas Buttet sur la question du droit naturel. L’Archiduc Rudolf d’Autriche, Président de la Fondation Philanthropos, a conclu la soirée en faisant appel à la générosité des participants pour soutenir le développement de l’Institut.


Les « Jeudis de Philanthropos »

Dans le cadre de l’année sacerdotale, l’Institut a choisi de consacrer cette année ses traditionnelles conférences des « Jeudis de Philanthropos » à l’évocation de « figures insolites de prêtres ». Les conférences de ce premier semestre ont permis de découvrir : le 5 novembre : « Mgr Georges Lemaître, le prêtre qui a inventé la théorie du Big-Bang », par Dominique Lambert, membre de l’Académie Royale de Belgique auteur de « L’itinéraire spirituel de Georges Lemaître » (Ed. Lessius 2008) le 26 novembre : « Charles Journet, cardinal, théologien, prêtre avant tout » par Guy Boissard, secrétaire de la rédaction de Nova et Vetera et auteur de « Charles Journet – 1891-1975 » (Ed. Salvator 2008) Deux autres conférences auront lieu au cours du second semestre. Les thèmes et dates seront communiqués prochainement.